Actualité du Musée


Accueil AAMSSA AAMSSA en pratique Actualités Le bulletin Le musée Ouvrages reçus Éléments d'histoire du SSA Liens associatifs Publications des membres

Association des Amis du Musée du Service de Santé des Armées

Adresse postale : 1 place Alphonse Laveran - 75230 PARIS Cedex 05

Pour nous contacter : aamssa@gmail.com     Téléphone/FAX : 01 40 51 47 71

Les  oeuvres  de  Jean-Baptiste  Larrivé (1875-1928)

Le musée du Service de santé des Armées conserve de très intéressantes œuvres signées de Jean-Baptiste Lar- rivé. Né en 1875, ce sculpteur est élève à l’École des Beaux-Arts de Lyon de 1890 à 1896 puis à l’École des Beaux-Arts de Paris. Premier Grand prix de Rome en 1904 pour Saint Jean-Baptiste prêchant dans le désert, il est pensionnaire à la Villa Médicis de 1905 à 1910. Mobilisé dès le début de la Première Guerre mondiale comme brancardier, il est détaché en juillet 1916 auprès de l’établissement « Documents et archives de la guerre » où il travaille aux côtés des peintres Ferdinand Fargeot (1880-1957) et Paul Prévôt (1879-1961).

En effet, le Service de santé militaire a fait appel à des artistes pour illustrer l’exercice de la médecine au front. Jean-Baptiste Larrivé réalise donc différentes sculptures en plâtre ou en cire teintés dont trois bas-reliefs tel Médecine curative, placé au-dessus de la porte d’entrée  de l’amphithéâtre  Lévy  de  l’École  du Val-de- Grâce. Ses statuettes ont vocation à présenter les personnels sanitaires dans leurs uniformes : médecins, infirmières, brancardiers. Elles sont aussi des portraits très vivants de certaines figures présentes au Val-de- Grâce à l’époque où Jean-Baptiste Larrivé y travaille, parmi lesquels le médecin principal Jacob, le professeur Latarjet ou Madame Maistre, infirmière du Secours aux blessés.

ll produit enfin des maquettes, ou dioramas, dans lesquelles il donne toute la mesure de son talent et de sa sensibilité : vraisemblablement inspirées de ses actions au front et de ses observations, elles représentent avec un grand réalisme le quotidien des personnels sanitaires en première ligne et témoignent des soins apportés aux blessés dans l’urgence et l’horreur de la guerre

Jean-Baptiste Larrivé est démobilisé au début de l’année 1919. Il prend alors la direction de l’École des Beaux-Arts de Lyon et réalise  de  nombreuses œuvres religieuses,  plusieurs monuments aux morts et bâtiments en collaboration avec différents architectes. II meurt le 20 mars 1928.

Florence LE CORRE Conservateur du patrimoine, musée du Service de santé des Armées

Asklépios n°6 - décembre 2020

Débarquement de blessés d’un train sanitaire improvisé Jean-Baptiste Larrivé, 1916

© Musée du SSA, Val-de-Grâce, Paris, et O. Farret

Arrivée des blessés au poste de secours

Jean-Baptiste Larrivé, 1916

© Musée du SSA, Val-de-Grâce, Paris, et O. Farret

Intérieur d’un poste de secours en première ligne

Jean-Baptiste Larrivé, 1916

© Musée du SSA, Val-de-Grâce, Paris, et O. Farret